Peinture 1990/99

Au début des années 90, deux décès marquent une rupture douloureuse dans la vie de Reine Mazoyer : sa mère puis son fils âgé de 25 ans. Elle dessine et peint sur toile de lin brute des arbres à l’écorce tourmentée et noueuse, puis prolonge son travail en collages de bandes peintes, gouachées, découpées où les arbres deviennent forêts abstraites. Elle peint en direct, durant une semaine, sous l’œil de la caméra, une toile : « Amazonia » inspirée par un voyage au Brésil et en Amazonie pour le film « Le portrait du peintre » réalisé par Robert Mazoyer. Elle dessine aux crayons Wolf et à l’aquarelle le portrait de ses amis et plus particulièrement celui de ses amis écrivains qui acceptent de poser pour elle. Un livre est édité avec ces dessins et des textes courts, en hommage à son fils disparu. Elle crée des tableaux énigmatiques, enrichis de bois et de matériaux naturels, dans une texture riche et épaisse, où des objets symboliques, flûte, animaux sont peints. Reine Mazoyer invente un labyrinthe : « Au-delà des forêts » dont elle réalise une maquette en 3 dimensions. Il s’agit d’un parcours dans un espace clos, circulaire, constitué de couloirs et d’allées donnant sur des chambres et des jardins mystérieux, avec une atmosphère particulière pour chaque espace parcouru : obscurité, lumière aveuglante, bruits étranges, projections, musiques. Le spectateur doit découvrir peu à peu que le chemin parcouru est celui du cycle de la vie, de la naissance à la mort, jusqu’ à l’au-delà, avant le retour à la vie. Elle est chef décoratrice dans les séries TV « Maria des eaux vives « et « Un homme » réalisées par Robert Mazoyer.